Vincent Chutet-Mezence : “Le Red Star doit conserver sa touche d’originalité” (2/2)

INTERVIEW – Après avoir évoqué le personnage de Rino della Negra, deuxième partie de notre interview avec Vincent Chutet-Mezence. Cette semaine, le président du Collectif Red Star Bauer revient sur l’ambiance dans les tribunes cette saison et sur la difficile question de l’avenir du stade.

Comment juges-tu l’ambiance dans les tribunes de Bauer depuis le début du championnat ?

J’ai remarqué qu’il y avait de plus en plus de jeunes de 18, 20 ans… C’est quelque chose de nouveau. Est-ce que le plan Leproux au Parc des Princes a favorisé cette tendance ? Je ne sais pas… En tribune, nous sentons que les gens attendent un club différent, plus populaire. Et les nouveaux venus semblent apprécier les valeurs qui sont celles du Stade Bauer.

Quelle est ton meilleur souvenir cette saison ?

Sans hésitation le déplacement à Déjerine pour la victoire contre le Paris FC… Et puis il y a également eu la réception de Strasbourg l’été dernier. Il y avait 200 supporters visiteurs en face, ce qui n’arrive pas souvent à Bauer, et nous avons su rivaliser avec les Alsaciens. Il y a eu une grosse ambiance ce soir là.

« Au Red Star, nous cherchons à construire notre propre modèle… »

En France et en Europe, quels kops, quelles ambiances vous inspirent ?

Nous sommes plutôt d’inspiration anglaise : il n’y a pas de capo, les chants partent d’un peu partout… Après, nous n’avons pas véritablement de modèle, nous n’avons pas réellement de kop comme il est possible d’en voir ailleurs. Au Red Star, nous cherchons à construire notre propre modèle, ce qui ne nous empêche pas de regarder ce qui se fait dans d’autres stades, et d’être parfois admiratifs… Nous sommes simplement différents de ce qui se passe ailleurs. Et cela se ressent dans notre manière de supporter les joueurs : en France, il n’y a pas une autre tribune qui soit comme la nôtre.

On parle beaucoup de l’avenir du stade Bauer en ce moment. Quelle est la position du Collectif Red Star Bauer sur cette question ?

Avant un projet de stade, nous défendons un projet de rénovation urbaine. Nous considérons qu’il n’est pas possible de penser un stade sans penser à ce qu’il y a autour. Nous avons donc commencé à travailler avec un urbaniste, Lilian le Guevellou, un ami d’enfance qui a accepté de nous aider bénévolement. Nous nous sommes intéressés en priorité à la question de l’aménagement du quartier, parce que les riverains ont leur mot à dire sur le devenir du stade et de son quartier. Puis nous prévoyons un aménagement par tranches, en rénovant ce qui existe déjà.

Qu’est-ce qui vous dérange dans le projet de construction d’un nouveau stade défendu par le président du club Patrice Haddad ?

Le Red Star n’a pas besoin d’un stade de 15 à 20.000 places. Actuellement, Bauer compte 3.000 places homologuées. Avec nos aménagements, nous en aurions 7.000. Même pour la Ligue 2, c’est suffisant. Nous voulons lutter contre cette légende qui dit qu’il est impossible de jouer au haut niveau à Bauer. Nous ne voulons pas d’un stade moderne, basé sur l’offre avant la demande : ce n’est pas en construisant un grand stade que nous allons attirer du monde. Nous voulons accompagner le développement du club et ne pas tomber dans la démesure. Patrice Haddad, le président du Red Star, défend une enceinte moderne, avec une salle de spectacles directement liée au stade. Je pense que ce projet lui tient à cœur. A nous de continuer à travailler pour convaincre tout le monde de revenir à la nécessité d’un projet plus humble, plus mesuré.

Pourtant au cours des dernières années, Arsenal a renoncé à Highbury, Nice à son Stade du Ray, Lyon et Bordeaux s’apprêtent à quitter leurs enceintes historiques. On a l’impression que dans le football moderne, l’avenir d’un club passe par un changement de stade, parfois au mépris de son histoire…

Peut-être, mais nous sommes ambitieux : puisque notre club n’est pas un club comme les autres, pourquoi ne pas être les pionniers d’un nouveau modèle de stade ? Nous ne sommes pas contre la rénovation du stade : je pense même que Bauer en a besoin. Après, nous pouvons aussi le préserver. Pour moi le meilleur exemple, c’est Fulham qui a conservé sa tribune historique en la rénovant, en changeant sa toiture, et qui reste quand même à échelle humaine. Cela n’a pas empêché le club londonien d’aller en finale de l’Europa League il y a quelques années… Le problème, c’est que la France n’est pas un pays de football. Beaucoup de gens pensent que nous avons besoin de grands stades. Je rappelle simplement un détail : à Bauer, il y a en moyenne entre 1.000 et 1.200 spectateurs par match. Il y a de la marge avant de remplir ce stade avec au moins 10.000 spectateurs… Il ne faut pas se précipiter. Aujourd’hui, on oppose deux modèles : un football moderne avec de l’argent et des grands stades, et un football amateur. Pourquoi ne pas s’immiscer entre les deux ?

« Je n’ai pas envie de m’enchaîner aux grilles de Bauer… »

Tu es inquiet pour l’avenir de Bauer ?

A court terme non. Le problème avec les stades, c’est que si nous n’anticipons pas leur devenir et ce qui se trame en coulisse, on se retrouve vite face à une décision contre laquelle on ne peut plus rien faire, à part s’enchaîner aux grilles de Bauer, et je n’ai pas envie de mener ce genre d’action… Nous sommes à un tournant de l’histoire du club : soit le Red Star monte, fait n’importe quoi et le club s’uniformise pour ressembler à toutes les autres équipes de France, soit nous réussissons à préserver notre touche d’originalité. Voilà pourquoi nous sommes très actifs sur le sujet : nous voulons anticiper les dérives qu’il peut y avoir avec les montées en divisions supérieures.

►►► Retrouvez ici la première partie de cet entretien consacré au résistant et ancien joueur du Red Star Rino della Negra.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s